Historique

Le Daring Club de Cointe a été fondé par une bande de copains appartenant à une troupe de scouts, la 20e de Ste Véronique, avec à sa tête Michel Jamar. Il évoluera quelques années dans la ligue Jociste. La première rencontre officielle eut lieu de 11 novembre 1947 sur le terrain de la Plaine des Sports Évoluant sur un terrain bosselé par les trous d’obus, ils décident de donner à ce club la couleur de l’espoir : le vert.
Quelques temps plus tard, Michel Jamar et et le DC Cointe s’organisent avec d’autres clubs amateurs pour mettre sur pied un vrai championnat. Comme membre fondateur de l’ALFA (Association Liégeoise du Football Amateur), le DC Cointe prend le matricule 1.

Le Club de Cointe jouera ainsi plusieurs décennies uniquement ligue amateur. Établi au Chéra, le DC Cointe doit rapidement déménager car les autorités publiques ont d’autres projets pour ce site. D’abord à la plaine des sports puis grâce à son réseau d’amis et sympathisants sur des sites atypiques ; aux tubes de la Meuse, au petit séminaire (au pied de la colline de Cointe à Sclessin), puis sur le site de Cockerill-Sambre à Chertal. Le « Chertal I » est ainsi crée l’intérieur même des installations métallurgiques ; les joueurs devants passer le corps de garde pour accéder aux terrains. Ce complexe et était composé de 2 superbes terrains, un bloc vestiaires et une cafétariat construite par tout un club. Mais à la suite d’un tragique un accident impliquant un visiteur et une locomotive qui évoluait sur le site, le club dû à nouveau déménager à l’extérieur du site industriel et s’établi à Hermalle-sous Argenteau. Deux nouveaux terrains y sont aménagés et à proximité un vaste chalet en bois qui servira également de cafétéria se dressa rapidement. Ce site fît ainsi les beaux jours des cointois jusqu’à la fin des années 80 où le chalet fut ravager par un incendie. Les cointois retournèrent alors vers leurs terres d’origine ; temporairement à la plaine des sports puis sur le site du Chéra où la construction des installations ce fît avec l’aide du Standard de Liège qui en échange occupait le site le mercredi.

1er équipe de Cadets du DC Cointe sur le site des « tubes de la Meuse » (1949)
dc-cointe-1956 Membres du DC Cointe sur le site du « petit séminaire » (1955)

Au niveau sportif, la croissance sera un peu laborieuse et les résultats obtenus dans le championnat ne sont guère brillants. Cependant la progression du club est lente mais sûre. C’est ainsi que 20 ans après sa fondation, le Daring accède au premier plan en remportant la Coupe de Belgique. Exploit qu’aucun club amateur liégeois n’avaient réalisé jusque-là. Il reporte cette coupe à quatre reprises : 1967-68, 1969-70, 1970-71, 1971-72 puis dans la foulée deux fois le championnat de Belgique en amateur : 1972-73 et 1974-75.

Dans la suite de ces succès l’hebdomadaire cointois « Feu Vert » voit le jour en 1975 pour communiquer toute l’actualité liée à la vie du club à ses nombreux sympatisants !

Les Champions de Belgique sur le site de Chertal (1972)
Chantraine – Clerbois – Onclin – Nahoe – Moureau – Portolant – Walewyns
Prévot – Van Rymenam – Nardellotto – Demarteau – Potelle – Jamar

La devise du club de vieux boy-scouts est sans équivoque : « Le sport entre amis d’abord ». Du sport « sans contrat » qui existe bel et bien qu Daring de Cointe, là où rien n’est vraiment jamais comme ailleurs.

En 1992, le Standard de Liège, qui manque de place pour ses jeunes (notamment causé par sa fusion avec Seraing), s’associe à son voisin cointois pour fonder le Standard de Cointe. Y seront regroupés les jeunes standardmans jugés moins forts qui poursuivront leur apprentissage selon un programme moins sévère. Pour permettre à ces jeunes de jouer avec d’autres équipes de la région en championnat, le Standard de Cointe rejoint l’URBSFA en 1993 sous le matricule 9266.

Le club de Cointe fait alors partie des 2 fédérations avec des matchs le samedi pour ses jeunes dans des championnats de l’union belge et le dimanche pour ses équipes amateurs en Alfa.
Dans la foulée une équipe première sera également crée et commencera au bas de l’échelon en P4 (4e provincial).

En 1997, pour ses 50 ans de création le club de devient Royal !

Mais le Standard met assez vite un terme à cette collaboration, et Cointe se retrouve avec un club Union belge de P4, qui reprend lui aussi le non de RDC Cointe en 2001.

En 2004, le coach Jean-Marie Raucq arrive du Real Hazard. C’est le début d’une collaboration qui durera 10 années !

En 2006, la P4 est championne et évoluera en P3 la saison suivante.

En 2007, le RDC Cointe fusionne avec l’Euro Youth Liège 75 évoluant en P4 sous le matricule 8285. Plus connu sous le nom de son abréviation, l’EY Liège évoluait sur le site situé Boulevard Kleyer fut créé en 1982 par des juniors du DC Cointe non repris dans ses équipes premières. Ce site exploité lors de la fusion fût rapidement abandonné par les cointois suite aux actes de vandalisme récurrents.

En 2008, le club continue son ascension pour rejoindre la P2. Une équipe B sera également crée pour répondre à la demande et commencera en P4.

En 2010, La P2 seconde au championnat accède à la P1.

Dans la foulée de ses succès, le RDC Cointe se dote d’un terrain synthétique nouvelle génération. Les travaux débutent début avril et seront terminés dans le courant du mois de mai 2010.
La nouvelle surface est installée sur l’emplacement du mythique terrain B qui aura fait souffrir bien des joueurs et bien des équipes. Les 19 équipes qui composent le DC Cointe seront donc dotées d’un outil de travail en phase avec les belles performances de son école des jeunes et de son équipe première.

En 2011, la P1, quatorzième au championnat redescendra, mais jouera l’assesseur P1-P2 jusque 2015 !

En effet, en 2015, la P1 championne accède la première fois à la division national en promotion pour la saison 2015-2016. (puis D3 amateur suite à la restructuration du championnat en 2016)

En 2016, l’équipe B est promue et rejoint la P3 pour la saison 2016-2017