La révolution féminine est en marche à Cointe

Les jeunes joueuses du Daring ont pris le pouvoir et performent remarquablement bien en championnat.
Dans la région liégeoise, l’équipe première féminine du RDC Cointe suscite un engouement rarement vu auparavant. Actuelles deuxièmes de leur série après un large succès 5-1 contre les troisièmes (Sart-lez-Spa), les jeunes joueuses du club vert et blanc mènent une saison tout à fait remarquable.
Une performance encore plus belle lorsqu’on connaît l’âge de ces jeunes footballeuses qui se situe entre 14 et 17 ans. À l’origine de cette révolution féminine à Cointe, nous retrouvons le responsable sportif du club, André Richard. «Il y a quelques années, j’avais fait venir une équipe féminine à Cointe. J’ai quitté le club et elles ont fait de même à l’époque. Aujourd’hui, elles jouent à Grâce-Hollogne et survolent leur série. »
Le responsable sportif évoque les supporters de l’équipe féminine qui sont de plus en plus nombreux. «Un kop s’est créé pour soutenir les filles. Maintenant, elles ont droit à leur banderole, à leurs fumigènes, etc. On essaye de faire en sorte qu’elles soient autant suivies que les garçons. Notre but est d’intégrer l’équipe féminine à la vie associative du club. Au départ, ce sont deux ou trois personnes qui se sont investies dans cette équipe puis cela a pris de l’ampleur. »
Avec l’expérience du football féminin qui est la sienne, André Richard dresse un portrait de la catégorie Dames en région liégeoise. «Le développement du football féminin est un manque », annonce-t-il. «Ce qui est bien, c’est que nous voyons de plus en plus d’équipes dames se développer. Cela a permis la création d’une deuxième série provinciale, ce qui n’existait pas il y a quelques années. C’est un plus pour tout le monde. » Malgré certaines avancées, quelques difficultés subsistent au développement d’une équipe féminine au sein d’un club. «Nous avons des problèmes avec les vestiaires, nous aimerions accueillir nos joueuses de manière plus correcte. Actuellement, nous n’avons que des douches communes, les vestiaires ne sont pas adéquats. Nous devons souvent décaler les matches pour ne pas que les filles jouent le même jour que les garçons.»
Néanmoins, la progression, le succès et l’engouement autour de cette équipe féminine constituent un aboutissement pour ce passionné de football qu’est André Richard. «Quand je vois la qualité du jeu développé par cette équipe de très jeunes filles, je me dis qu’elles ont un bel avenir devant elles. C’est la récompense du travail accompli ces dernières années. Au départ, aucun club en région liégeoise, hormis le Standard de Liège, n’était capable de permettre à une équipe féminine d’exister, et voilà qu’aujourd’hui nous venons de créer une deuxième équipe féminine pour le jeu à 5 ! Cette seconde équipe a la liberté de se développer pour peut-être intégrer l’équipe première dans le futur, en sachant que les joueuses de l’équipe première actuelle pourraient rester pendant de longues années au club vu leur jeune âge. » Une véritable fierté pour cet amateur de football qui s’est donné comme mission de faire reconnaître le football féminin en région liégeoise. (Source La Meuse 10/01/2019)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.